Le deuil vécu par les intervenants

Elisabeth
Administrateur du site
Messages : 22
Enregistré le : jeu. 2 févr. 2017 16:19
Localisation : Bruxelles, Belgique
Contact :

Le deuil vécu par les intervenants

Messagepar Elisabeth » mar. 26 déc. 2017 09:29

Par Soo-Nam Mabille Psychologue clinicien à Palliabru, Bruxelles, Belgique

Le terme de « deuil » fait partie de ces mots dont on se dit qu'ils sont faits pour décrire les histoires des autres. De fait, lorsque le décès d'un proche survient, ce mot « deuil » n'apparait pas immédiatement. Et s'il devait apparaître dans ce moment, ce serait d'une manière probablement incongrue.
C'est d'abord l'ouverture d'un temps : un temps de houle et de chavirement, durant lequel on tangue et on se sent saisi par le vertige de la disparition. Boule de tristesse mêlée de souvenirs parfois même d'une certaine mélancolie. Brusque rappel saisissant du caractère vertigineux de l'existence, au sens de ce qui existe et ce qui n'existera plus, n'existera plus … jamais. Miroir de notre propre finitude oubliée. Ce n'est qu'après cette période, après avoir traversé tout ça que peut, peut-être, émerger alors la question du « deuil » ou tout au moins de ce qu'il reste de toute cette affaire.

Une affaire qui commence par l'apparition de la disparition d'une existence. La disparition, réelle, celle qui vous oblige à penser l'impensable, c'est-à-dire ce quelque chose qui ne parvient pas vraiment à se représenter. Impossibilité d'abord d'en accuser le coup tout à fait. Comme s'il n'y avait pas de partition prévue pour soutenir ces notes-là. C'est un vécu de débordement, de chute dans le vide ou une plongée dans le noir, l'infini. Ça saisit dans le corps. Parfois, ça fait mal.

Est-ce déjà le deuil?

Et puis il y a les heures et les jours qui passent. Les cérémonies : enterrements, traditions, rassemblement des gens constituent habituellement la manière dont le lien social vient entourer l'événement. Est-ce de pouvoir marquer la disparition par des paroles et des gestes qui remobilisent déjà vers le vivant ? Ou peut-être est-ce plutôt déjà permettre de distraire l'attention de ce qui tétanise, arrête, sidère.
Les intervenants en soins palliatifs ne connaissent pas cette partie plus traditionnelle, habituellement. Pour les psychologues de Palliabru, leur place s'inscrit dans un travail d'accompagnement de la parole. Une séparation est d'emblée marquée avec le champ de la famille ou celui constitué par les proches.

Au moment du décès du patient, là où nous étions amenés à l'approcher dans une forme d'intimité originale, étant à la fois souvent très proches du vivant de sa parole et à la fois si éloignés de sa vie réelle, tout à coup, nous sommes coupés de nos visites par l'arrêt du suivi ou par l'arrêt de la vie. Nous sommes brusquement arrêtés dans cette suite de rencontres qui a pu parfois construire un fl ténu sur plusieurs mois.

Au moment de l'annonce du décès, il y a en général un petit temps, un instant de vacillement, d'arrêt brusque du courant quotidien de la vie. Dans le moment où on apprend l'annonce du décès du patient, il y a souvent un temps rapide de repli en soi-même. Moment où il faut se retirer un peu du monde pour penser ce qui se passe là. Moment de fixation, d'embarras. Interloqué. Moment de silence, sans voix. Il faut du silence intérieur pour faire place à la pensée. Et puis le travail se poursuit. Il n'est cependant pas rare que les quelques traits marquants de certains de ces patients nous soient rappelés au cours de discussions avec les collègues concernant d'autres patients ou au cours de nos discussions sur les difficultés de suivis. Certains traits marquants ou certaines paroles étonnantes se rappellent comme autant de petites traces laissées par eux dans nos parcours aux multiples prises en charge.

Il y a, malgré tout, une certaine étrangeté qui frappe ce vécu particulier, ces souvenirs de conversations et moments passés avec les patients disparus : avoir été témoin, souvent ultime, d'une vie en train de disparaître.

Source: Kairos n°65 https://goo.gl/Jskvqn
Elisabeth Dupont
Alliance Mondiale Contre le Cancer

edupont.amcc@gmail.com
http://www.cancer-amcc.org

Retourner vers « Le Deuil »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité