Évaluation de la Prise en Charge de la Douleur du Patient Drépanocytaire à l’Hôpital Central de Yaoundé

Avatar du membre
Sabine
Messages : 38
Enregistré le : jeu. 9 févr. 2017 15:54

Évaluation de la Prise en Charge de la Douleur du Patient Drépanocytaire à l’Hôpital Central de Yaoundé

Messagepar Sabine » jeu. 5 oct. 2017 08:01

Évaluation de la Prise en Charge de la Douleur du Patient Drépanocytaire à l’Hôpital Central de Yaoundé
CAMEROUN
Catherine Ninmou, Françoise Ngo Sack, Agnés Esiene, Jacqueline Ze Minkande

in The Journal of Health Medicine and Sciences, HEALTH SCIENCES and DISEASES 2017

La drépanocytose a pour maitre symptôme la douleur, laquelle nécessite une thérapeutique analgésiante dont la référence demeure la morphine. C’est un antalgique de troisième palier, classe thérapeutique peu utilisée sur le continent africain selon des études menées par l’OMS. Notre étude avait pour but de décrire la prise en charge de la douleur du patient drépanocytaire hospitalisé pour crises vaso-occlusives au service d’hémato-oncologie de l’Hôpital Central de Yaoundé. Méthodes. Nous avons mené une étude prospective, descriptive du 1er janvier au 30 juin 2014. Des drépanocytaires connus d’au moins 6 ans hospitalisés pour crise vaso-occlusive étaient recrutés. Les analgésiques utilisés et leur posologie étaient relevés pour chacun. La douleur avant et après l’administration des antalgiques était évaluée avec une Échelle Visuelle Analogique (EVA) ou une Échelle Numérique (EN) et la satisfaction du patient aux analgésiques reçus, notée. Résultats. Nous avons recruté 73 drépanocytaires homozygotes âgés de 7 à 53 ans et d’âge moyen égal à 23,04 ±8,35 ans pour un sex ratio de 1,21. Les antalgiques des paliers 1 et 2 ont été prescrits et administrés respectivement à 97.30% et 94.50%, le kétoprofène et le tramadol étant utilisés en première intention. Aucun antalgique de palier 3 n’a été utilisé. L’analgésie complète a été obtenue après quatre jours ou plus. 49 patients (67.1%) ont attribué les mentions d’appréciation les plus basses au traitement analgésique reçu et seuls 4 (5.5%) l’ont estimé excellent. Dans 53,42% des cas il a fallu soixante minutes ou plus pour que les différents produits prescrits soient disponibles. Pour tous les patients, aucun traitement n’a permis d’obtenir une analgésie dans les 30 minutes suivant son administration. Conclusion. La majorité des sujets drépanocytaires est insatisfaite du traitement antalgique reçu. Des sessions de formation du personnel sont nécessaires.

Pour en savoir plus:
URL: http://hsd-fmsb.org/index.php/hsd/article/view/773

Retourner vers « Douleur: évaluation et prise en charge »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité